Papa Streamer : rencontre avec Renaud (@renaudrengi)

Famille et création de contenu : découvrez Renaud, "papa streamer".

Papa Streamer : rencontre avec Renaud (@renaudrengi)

Renaud est chauffeur-livreur le matin, streamer et créateur de contenu l'après-midi, et papa de 5 enfants, avant tout. Il nous raconte son parcours et sa vision des réseaux sociaux !

Bonjour Renaud ! Est-ce que tu peux te présenter ?

Alors je m’appelle Renaud, j’ai 38 ans, je suis marié et père de 5 enfants. Je travaille comme chauffeur-livreur, enfin responsable d’exploitation dans une entreprise de transports. Je travaille le matin, du lundi au samedi, je me lève très tôt et j’ai toutes mes après-midi de libre. C’est un peu fatiguant, mais c’est sympa !

Qu'est-ce qui t’a amené à devenir streamer et à te développer sur les réseaux ?

J’ai commencé à streamer sur Twitch car c’est ce qui me plaisait le plus, j’adore les jeux vidéos, je suis un grand passionné. Ca vient de Fortnite à l’origine. J’ai vu l’engouement autour de ce jeu, j’ai commencé à y jouer et très vite, je me suis rendu compte que beaucoup de gens diffusaient leur game play. Je me suis dit tiens, est-ce que moi je ne pourrais pas le faire ? J’ai commencé à streamer comme ça, avec ma PS4 ! C’était au moment où de plus en plus de personnes commençaient à streamer, il y a eu le confinement, et je me suis rendu compte que l’on était pas vraiment visibles sur Twitch.

A ce moment-là, ma fille faisait des TikTok, mais à l’époque pour moi TikTok était un peu bizarre, comme pour beaucoup de gens, je pensais que c’était des enfants qui faisaient des danses. Jusqu’au jour où elle m'a montré ! J’ai créé un compte, et le soir même je passais une soirée en extérieur avec ma femme et j’ai trouvé le panorama incroyable. Je l’ai filmé, et c’est comme ça que j’ai posté mon premier TikTok ! Le lendemain, j’avais 90 abonnés. J’ai montré ça à ma fille et elle m’a lancé un défi : être le premier qui avait 1000 abonnés.

Tu aimerais pouvoir devenir créateur de contenu à temps plein ?

Oui, clairement ! Je commence à développer des petits partenariats, j’ai ouvert mon statut d’auto-entrepreneur. Ça ne suffit pas encore, je l’envisage pour la suite mais ça reste un deuxième travail pour le moment. Ce serait le rêve, de pouvoir me lever et streamer le matin, de filmer mes vidéos l’après-midi, etc.

Tu te présentes comme papa streamer, tes enfants sont pas mal présents et mis en avant dans tes contenus. C’est venu naturellement avec eux, c’était une volonté de ta part ?

C’était un peu le hasard. Quand j’ai créé mon TikTok, c’était que pour le gaming, pour pouvoir développer mon Twitch, ce qui marchait plus ou moins bien. Ça fait 3 mois que je fais beaucoup de contenu familial parce que je me suis rendu compte de l’engouement de ce type de contenu avec ma fille cadette, Lylou. A chaque fois que l’on faisait des vidéos ensemble, elles marchaient super bien. Et puis, assez naturellement, j’ai aussi intégré mon fils, le plus petit, dans mes TikToks.

Le contenu familial marche beaucoup plus que le contenu gaming, même si c’était mon identité de départ. Ma famille, notre humour, nos storytime plaisent aux gens et nous on s’amuse !

Tu parlais de ta fille qui est aussi sur TikTok, qui a 13 ans, est-ce que c’est aussi quelque chose qu’elle aimerait faire de sa vie ?

On en a parlé avec elle, en lui disant que les réseaux, ça reste les réseaux. On est aidés par une agence, mais on lui a expliqué qu'il ne fallait pas compter là dessus. Le plus important c’est qu’elle continue à travailler à l’école, qu’elle fasse des études, etc. Elle aimerait se servir de TikTok comme d’un tremplin car elle aimerait bien devenir danseuse professionnelle. Evidemment, ça lui plairait de vivre plus tard de la création de contenu, mais on ne sait pas de quoi demain sera fait, on peut plaire énormément un jour puis ne plus plaire du tout, donc il ne faut pas trop prendre de risques et continuer ses études.

Ça fait un peu plus de 2 ans que tu es sur twitch, en plus d’être présent sur TikTok et Snapchat. J’imagine que tes audiences doivent être assez différentes ?

Oui pas mal, sur Twitch c’est vraiment que du gaming, des jeunes qui jouent à Fortnite. Sur TikTok, je pense que c’est aussi beaucoup de jeunes, la partie gaming accroche moins avec les gens de mon âge. D'ailleurs je ne connais pas de papa streamer comme moi ! Sur Snapchat c’est un peu de tout, c’est des gens qui viennent d’autres réseaux.

💡
Retrouvez tous les réseaux sociaux de Renaud juste ici !

Il y a un conseil que tu aurais bien voulu que l’on te donne? Car tu as commencé sur Twitch avec le gaming à l’origine, et ça a au final pris une tournure que tu n’avais pas prévue avec TikTok et ta famille.

J’ai reçu beaucoup de conseils, notamment d’un TikTokeur qui m’a aidé à me développer en me donnant les bonnes informations - comment poster, ce qu’il faut éviter, etc.

Moi ce que je pourrais donner comme conseil c’est qu’il faut être actif : c’est un réseau qui demande produire. Les gens veulent des vidéos, il faut être motivé, mettre en avant ses talents si on en a, etc.

Si on veut devenir streamer, il faut savoir que Twitch n’est pas adapté pour développer de nouveaux streamers. Il faut développer d’autres réseaux en même temps : si on veut percer sur Twitch, il faut percer sur un autre réseau avant. Sans mon audience TikTok, je n’aurais pas eu mon audience sur Twitch.

Y a-t-il des gros défis que tu as eu à relever ?

Mon objectif, c’était la certification sur Twitch, que j'ai eue, je suis maintenant devenu partenaire Twitch. Quand j’ai vu que c’était le moment de me donner à fond sur Twitch, alors que j’étais un peu en train de baisser les bras, je me suis dit que c’était là qu’il ne fallait pas lâcher. Je voulais profiter de l’engouement sur TikTok pour obtenir la certification sur Twitch qui n'est vraiment pas évidente à avoir. Un des mes objectifs serait d’être ambassadeur dans le e-sport, et peut être avoir un billet dans le Zevent !

Je suis un compétiteur, par exemple dans les abonnements. Je vais viser la personne qui est au-dessus de moi et essayer de la dépasser en travaillant dur, en créant du contenu, etc. C’est ça qui m’a boosté, ça m’a donné de travailler encore plus et de me dépasser.  

Y a-t-il eu d’autres personnes que tu as rencontré et qui t’ont marqué, comme le TikTokeur que tu évoquais tout à l’heure ?

Oui il y en a beaucoup, j’ai rencontré plein de TikTokeurs qui sont assez gros, et super humbles. Au final je n’ai pas vraiment le temps pour les personnes malveillantes, entre ma vie professionnelle, les réseaux, la vie de famille, etc. Je fais le tri très rapidement, ça ne m’intéresse pas de faire le buzz.

Les réseaux ça permet de rencontrer des gens qui font des millions de vues, avec qui on peut avoir l’occasion de parler. Ça fait bizarre, mais on se rend compte que c’est des mecs normaux. Finalement, les TikTokeurs sont tous des personnes normales !

Tu gardes une activité professionnelle à temps plein qui n’a pas trop de rapport avec la création de contenu. Comment ça s’est passé auprès de ton entreprise, de tes collègues, etc ?

Comme je ne fais pas de contenu en rapport avec mon travail et la société pour laquelle je travaille, je n’ai eu aucun problème là-dessus, ils s’en moquent. Au début mes collègues se moquaient un peu de moi, mais au final ils sont curieux, des amis à eux me voient dans leurs Pour Toi, ils me demandent comment ça se passe, etc. On est beaucoup dans l’humour, mais je pense qu’ils sont contents pour moi car je fais ce que j’aime !

Est-ce qu’il y a quelque chose que tu voudrais rajouter qui te tient à coeur de mentionner ?

Peut-être dire aux jeunes que les réseaux sociaux c’est des vidéos, c’est pas la réalité. C’est virtuel, ce qu’il se passe dans les vidéos c’est pour de l’amusement, il ne faut pas tout prendre au premier degré. Il ne faut pas idolâtrer les créateurs, ça reste qu’un métier, on est des gens comme tout le monde, on n’est pas parfaits.

Faites vous plaisir, ne voyez pas plus loin que l’amusement. Ne faites pas de mal aux gens, arrêtez le harcèlement, ma fille l’a subi. Ce sont juste des gens qui font des vidéos, soyez bienveillants entre vous.



Merci Renaud !